Si vous trouvez un animal blessé :
Contactez un vétérinaire, éventuellement confiez le à un centre de soins.
Dans le secteur de Lons-le-Saunier, il s'agit d'ATHENAS.
366 chemin du Montceau - 39570 L'Etoile - 03 84 24 66 05
http://s495839208.onlinehome.fr/

Mais Attention !

S'il s'agit d'un jeune oiseau retrouvé au sol 
il n'est, le plus souvent, ni blessé, ni abandonné,
il a seulement manqué son premier vol.
IL N'A donc PAS BESOIN DE SOINS.
Il a juste BESOIN d'APPRENDRE à VOLER et à CHASSER,

   en le confiant à un centre de soins, VOUS le condamnez à MORT  
puisqu'en effet, un jeune conservé en captivité jusqu'à ce que ses plumes aient terminé leur croissance (2 à 3 semaines), n'aura appris, ni à connaître son environnement, ni à maîtriser le vol, ni à chasser,
  après sa remise en liverté il mourra de faim rapidement.  


 EXPLICATION :
Les jeunes oiseaux quittent le nid, alors que leurs plumes de vol n'ont pas terminé leur croissance.
Selon les espèces il leur manque 1 à 6-7 cm de longueur (voir plus pour les plus grandes espèces).
 Ils volent très mal et certains se retrouvent au sol dès leur première tentative.
C'est en particulier le cas des rapaces qui nichent en milieu urbain ou sur des structures artificielles comme les pylones, où les conditions aérologiques sont très défavorables par manque de courant aériens portants.

Maintenus en captivité, le temps que leur plumage termine sa croissance - alors que pendant ce temps leurs frères et sœurs poursuivent la découverte de leur environnement ; en même temps que l’apprentissage du vol et de la chasse (avec le soutien alimentaire des parents en cas d'échecs) - les jeunes maintenus captifs en centre de soins, sont dépourvus de ces connaissances et apprentissages fondamentaux à la survie en milieu naturel et sont rendus inaptes à chasser efficacement,


   ils mourront rapidement de faim après leur remise en liberté.  


   Ce qu'il faut faire ?  
 les laisser sur place en les perchant en hauteur, hors de portée des prédateurs terrestres,
 ou au sommet du lieu où ils sont nés, falaise ou bâtiment quand il s'agit de faucons
.


 Les parents les prendront en charge, ils savent faire, c'est leur "boulot".

 

Comme l'a écrit Goethe :
"la vérité doit être martelée avec constance, parce que le faux continue d'être prêché, non seulement par quelques-uns, mais par une foule de gens. Dans la presse et dans les dictionnaires, dans les écoles et dans les Universités, partout le faux est au pouvoir, parfaitement à l'aise et heureux de savoir qu'il a la majorité pour lui." 



À la découverte des rapaces par le livre :
http://www.delachauxetniestle.com/ouvrage/le-faucon-pelerin/9782603024546